Sortir

Des quotas de PV à remplir sur le stationnement

Il y a bien des quotas de verbalisation sur le stationnement payant à Bergerac. Les chiffres sont têtus et nous renouons avec ce voyage en « absurdie » dans le monde des relations entre la Ville de Bergerac et la SAGS : une  politique aveugle de la verbalisation pour satisfaire aux exigences d’une société privée, quitte à porter atteinte aux efforts collectifs de redynamisation du Centre-ville.  La vérité sur les chiffres de la verbalisation pour non-respect du stationnement payant sont cruels

Depuis près de quatre ans, nous assistons à une explosion de la verbalisation.  En 2015, nous enregistrions une augmentation de 43% du nombre de verbalisations ; 10 mois sur 12 dépassaient les chiffres de l’exercice précédent. 8 mois sur 12 décrochaient le record du nombre de verbalisations mensuelles. Mais nous n’avions pas encore tout vu. En 2016, 9 mois sur 12 enregistraient plus de verbalisations que l’exercice précédent. Mieux encore, 8 mois sur 12 décrochaient le record de verbalisations mensuelles depuis 2012. Avec une hausse globale de 11% en 2016, l’exercice de l’année 2015 nous semblerait presque modeste.

En 2017, malgré une stabilisation du nombre global de contraventions délivrées, 10 mois sur 12 enregistrent plus de verbalisations que l’exercice précédent. Les sept premiers mois de l’année décrochent le nombre record de contraventions mensuelles.

Il faut dire qu’il a fallu compenser les consignes de souplesse données à juste titre pour la verbalisation en période de Noel (seulement 614 contraventions en décembre 2017). Dans ces conditions, les agents de surveillance de la voie publique ont dû redoubler d’efforts pour compenser, avec une moyenne mensuelle qui passe désormais à plus de 1750 verbalisations contre 1709 en 2016. Ce sont bel et bien des quotas de contraventions.

C’est toute l’absurdité de la politique de verbalisation, née de l’accord entre la Ville de Bergerac et la SAGS. Pour optimiser les recettes, il a été convenu d’un chiffre à atteindre : 1750 verbalisations par mois, pour relâcher l’effort sur la période de fin d’année et limiter l’exaspération légitime des commerçants. Comment expliquez-vous que nous retrouvions quasiment chaque mois le même chiffre ? Comment expliquez-vous que la verbalisation ne varie quasiment pas en fonction de la fréquentation du stationnement, voir même du nombre d’ASVP mobilisés (entre 3 et 5 selon le mois). C’est toujours le même nombre de contraventions que la ville soit déserte (mars par exemple) ou au contraire croule sous l’arrivée des touristes (juillet). Le chiffre de contraventions reste quasiment le même. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois, des agents municipaux ont l’obligation de faire leurs chiffres, d’atteindre leurs quotas, indistinctement de leurs congés ou des arrêts maladie. Ne cherchez pas d’autres logiques dans cette course à la verbalisation.

 201220132014201520162017
Janvier1199729394156316981881
Février132633345975317021706
Mars16985290118116991756
Avril13855611141157116791752
Mai9494441140146717001748
Juin8803311251163817041751
Juillet5355881125166817001752
Aout93811791448181017031771
Septembre55910252078170617011752
Octobre129312551787169917101754
Novembre15879221136171718021751
Décembre70437898717461716614
TOTAL13044827412946185192051419.988

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page