Solidarités

Les jardins du cœur de Bergerac

C’est au cœur du quartier de Naillac que le projet a vu le jour. Comme souvent, des bénévoles y font la richesse et le dynamisme de notre ville. Ils donnent de leur temps, de leur énergie sans rien attendre en contrepartie. Ils sont indispensables à notre ville, au maintien d’un minimum de lien entre tous les bergeracois.

Ils connaissent le sens du verbe donner. C’est le sens même du bénévolat et du tissus associatif. Les restos du cœur se sont installés durablement comme des acteurs incontournables de la solidarité dans notre ville. Les bénévoles et les responsables sont dynamiques et innovants. Ils partagent l’idée qu’il faut aider sans assister ; que toutes les initiatives pour donner plus d’autonomie aux bénéficiaires méritent d’être menées. Gérard CARRICABURU porte le projet des jardins du cœur. Bernard CHIMBAUD, l’animateur et technicien des jardins, a donné vie au projet au cœur de Naillac. L’idée est simple et revigorante : en l’échange d’une parcelle individuelle de jardin, tout bénéficiaire volontaire des restos participe à la mise en culture de parcelles collectives qui viendront approvisionner les restos du cœur en légumes frais et de saison.

En se rendant sur place, on pouvait avoir le souvenir lointain d’un terrain à l’abandon. En quelques années, les bénévoles ont transformé le lieu en un véritable espace maraicher.   Encadrés par des bénévoles et sous l’étroite supervision de Bernard, 15 à 20 bénéficiaires ont accompli des miracles qui ont de quoi faire rougir le jardinier du dimanche que je suis. Je repars d’ailleurs avec quelques précieux conseils… Ici, tout est cultivé sans produits chimiques ou autres pesticides. La faune auxiliaire est stimulée pour lutter contre les ravageurs, les semences les plus naturelles et les mieux adaptées sont recherchées. Même la permaculture est expérimentée pour aller plus loin dans les processus naturels de production. Cette action de solidarité concrétise l’idée que tout le monde a droit au bon et au bio. Elle permet à des familles de mieux appréhender les difficultés de leur quotidien en retrouvant de la confiance et de la dignité.

Et les projets continuent… pourquoi pas un rucher pour améliorer la pollinisation, une cuisine pédagogique de plein air pour apprendre à cuisiner les légumes produits.  Cette expérience donne de l’énergie et donne du sens à l’action collective.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page