Sports

Dans les coulisses d’un match de l’USB rugby

Des supporters sont assis dans les tribunes à l’abri, la pluie d’automne menaçant : d’autres aficionados sont debout le long de la talanquère, le speaker s’égosille en présentant la composition des équipes : soudain les 30 acteurs suivis de l’arbitre jaillissent du tunnel pour s’éparpiller sur le pré, passant de l’ombre à la lumière. Le match dominical tant attendu va débuter. Dans les coulisses, les bénévoles s’activent.

Combien d’acteurs sont indispensables au bon déroulement de la partie et vont rester dans l’ombre ? Agents de sécurité en habit de lumière orange et jaune fluo, bénévoles de la buvette et de la sandwicherie, cuisiniers qui confectionnent le repas des joueurs, petites mains qui installent les tables sous la chapiteau pour la réception d’après-match des équipes et leurs dirigeants, et qui préparent les assiettes de charcuterie et fromage offertes aux sponsors, responsable administratif des licences, le trésorier qui paiera l’arbitre à la fin du match quelque soit le résultat, le kiné qui masse des kilos de jambonneau, le soigneur qui strappe les articulations défaillantes, le « grégario » qui va remplir les bidons d’eau des joueurs tout au long du match.

Aujourd’hui, braquons nos projecteurs sur Gilbert, au club depuis 10 ans, « recruté » comme soigneur du fait de sa longue expérience de secouriste de terrain et de ses qualifications –moniteur de secouriste et secouriste du sport.

Gilbert est arrivé au stade ce matin à 9.30 : préparation des tenues des joueurs (maillots et shorts), vérification de la boîte à pharmacie, mise à disposition du matériel d’échauffement (ballons, plots, boucliers…) puis repas avec les joueurs à 11 heures : Gilbert connaît les joueurs de Bergerac depuis les catégories jeunes, autant dire qu’il est le confident et le « soigneur » des bobos du corps et aussi de l’âme, il écoute et rassure.

Puis vient la période d’avant-match proprement dite : il est là, attentif aux demandes des joueurs : du strap, du chatterton noir pour égayer l’Elastoplast des poignets ou des cuisses des 3èmes lignes, de la résine pour les mains du demi de mêlée et des ailiers, de la vaseline pour les arcades sourcilières des piliers : il a tout, du chewing-gum pour les nerveux, du Vicks pour les enrhumés, une paire de ciseaux dans la poche, des vessies de glaces prêtes à dégonfler les ecchymoses,  c’est l’homme -orchestre de l’infirmerie !

Voilà, le match est terminé ! les héros du jour rentrent au vestiaire sous les applaudissements de leur adversaire du jour : les visages sont marqués, les épaules tombent un peu, les chaussettes sont roulées à mi-mollet, les tenues sont maculées de boues, de sueur et parfois de sang. Dans les douches, c’est Gilbert qui collectera les effets des joueurs, et les lavera lundi matin. Le jeton qui donne droit à une boisson gratuite est son salaire de la journée !

Lundi, la semaine redémarre, présence indispensable chaque jour de la semaine le soir pour les entraînements du Centre de Formation, des cadets, juniors, séniors, masculins et féminins. Si vous croisez Gilbert dans les allées du stade, n’oubliez pas de la saluer, il n’en demande pas plus ! Et quand Gilbert n’est pas là, c’est Jean-Pierre, 30 ans de présence au club, qui le remplace !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page