Sortir

Souvenir : Descha DELTEIL, illustre bergeracoise d’adoption.

Avec le confinement, Bergerac avec Confiance-l’info s’efforce de vous surprendre. Aujourd’hui, nous vous proposons une personnalité qui adopta Bergerac. Elle sera, nous l’espérons, une découverte pour beaucoup … Partons à la rencontre de Desha DELTEIL.

Voici une invitation à la curiosité ; lors de votre prochaine sortie en ville, prenez au hasard l’un de ces noms et investiguez pour découvrir un personnage émérite. Nous nous sommes prêtés à l’exercice avec DESHA DELTEIL. C’est une école de danse à Bergerac, mais pas seulement… Laissez-nous vous présenter cette personne, pour celles et ceux qui ne la connaitraient pas.

Alors que la Slovénie fait partie de l’Empire Austro-Hongrois, nait Deša Eva Podgoršek, le 18 mars 1899, à Ljubljana.  Adulte elle sera Muse ! Elle fut le modèle de nombreux photographes au rang desquels Nickolas Muray, Jean de Strelecki, Edwin Bower Hesser ou Maurice Goldberg. Au-delà des daguerréotypeurs, sa capacité à tenir la pose et son esthétique séduiront également la sculptrice sur bronze Harriet Witney Frishmuth.

Actrice, elle participera à des productions américaines telle que « the bubble » (1920) où elle exécute l’un de ses plus fameux tableaux, accompagnée de ballons.

Artiste, elle est première danseuse de la compagnie Fokine, lorsqu’elle rencontre Jean Henry Raoul Delteil dit Jean Myrio Deltheil, danseur de son état, qu’elle épousera. Alors que la seconde guerre mondiale éclate, ils regagnent la Dordogne, terre natale de Monsieur.

Résistante, c’est dans sa maison, loin des paillettes de Londres, du Kit Kat Club et du Casino de Paris (où elle s’est produite), que Maurice Chevalier ou Joséphine Baker se réfugieront, alors que la France subit l’invasion Allemande.

Femme d’avant-garde, à la fin de la guerre elle investira Bergerac pour y créer la première école de danse classique.Bergeracoise, c’est ici qu’elle s’éteindra, le 17 juillet 1980, et repose.

Parce qu’il est plus facile de savoir où l’on va lorsque l’on sait d’où l’on vient, nous vous invitons à vous intéresser à ces noms d’illustres sur les plaques de nos lycées, rues, lieux publics… ils sont autour de nous, mal connus ou méconnus. Ils sont notre histoire, ils hantent notre présent et pour certains nous ont offert un futur.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Bonjour,
    J’ai entrepris des recherches sur Myrio et Desha Delteil auxquels nous aimerions rendre hommage à Mauzac, village où ils ont résidé. J’ai lu avec intérêt l’article que vous avez consacré à Desha et souhaiterais entrer en contact avec la personne qui a rédigé cet article et toutes celles et tous ceux qui en ont conservé la mémoire et peut-être pour certains, des archives concernant leur carrière.
    En espérant que vous pourrez m’aider dans cette prise de contact,
    Très cordialement,
    Françoise Aphesbero

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page