Solidarités

« Vis ma vie de confinés » : Jany et Jacques, retraités bergeracois

Arrivés il y a 25 ans dans notre belle région, Jany et Jacques ont élu domicile à Bergerac depuis 8 ans maintenant. Toujours très actifs et amoureux éternels des relations sociales, ils nous livrent leur vision de ce reconfinement.

Pour Jany, le premier confinement lui a paru plus difficile.  » On ne savait pas ce que c’était, on découvrait au fur et à mesure sans savoir exactement où on allait.« 

Pour Jacques, c’est le contraire. Ce reconfinement lui semble plus compliqué.  » Il se conjugue avec une baisse de vitalité due à mon âge et des soucis de santé. « 

Malgré quelques divergences leurs avis se regroupent sur plusieurs points :

– Ils disent s’être toujours sentis privilégiés et au niveau financier (retraités tous les deux, leur pension de retraite arrive tous les mois) et au niveau du cadre de vie (ils habitent une petite maison avec jardin).

– Ce confinement est un frein à ce qui est leur joie de vivre : les contacts humains. .  » On ne reçoit plus d’amis et notre fils et notre petite fille ne nous rendent visite que tous les quinze jours. Plus d’embrassades, plus de câlins et ça, c’est un véritable manque« .

Respectant à la lettre les gestes barrières, ils comblent ces absences en allant régulièrement aux 3 marchés de la ville et régulièrement chez leurs commerçants attitrés. Flâner dans les rues, faire les boutiques, aller au restaurant : autant de petits bonheurs simples qui n’agrémentent plus leurs journées.

Leurs activités habituelles ont été également supprimées. Jany, bénévole à Bergerac Accueil a été bien évidemment obligée d’arrêter ses cours de couture durant lesquels, elle accompagnait une dizaine de personnes dans la confection de leurs vêtements. Pour elle qui adore transmettre et donner, c’est un vide immense. Plus de séances de gymnastique, plus de réunions associatives… Les jeux de société ont été sortis du placard et, profitant des journées ensoleillées, un peu de jardinage et de promenade ont été inscrits au programme.

Chacun émet des souhaits différents quant à la suite de cette crise sanitaire : Jany aimerait que la recherche pharmaceutique évolue vers un médicament et Jacques attend impatiemment la mise sur le marché d’un vaccin.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page