Sports

Souvenir : la tempête de 1982 dévaste Gaston-Simounet

Vous souvenez-vous du jour où la tempête du 6 et 7 novembre 1982 a dévasté Bergerac ? Nous renouons aujourd’hui avec l’une de ces chroniques par laquelle nous ouvrons ensemble la boite à souvenirs. Retour sur un événement climatique exceptionnel, au début des années 1980. La tempête de 1982 entraîna de nombreux dégâts matériels sur Bergerac, et singulièrement au stade Gaston-Simounet.

Dans les mémoires, la tempête de 1982 est aujourd’hui éclipsée par celle plus dramatique de 1999. Pourtant, ce premier épisode venteux a causé des dégradations irréversibles pour certains édifices communaux ou a hâté leur fin pour mieux précipiter leur modernisation. La Ville de Bergerac et la municipalité de l’époque sauront en tirer parti pour doter la cité d’infrastructures modernes encore en service aujourd’hui : la tribune du stade Gaston Simounet.

La photographie que nous vous proposons aujourd’hui est un double témoignage : celui de la vieille tribune en bois du stade Gaston Simounet et celui des dégâts causés par cette tempête. Le cliché a été pris le lendemain de l’évènement. L’accès au site vient d’être à peine sécurisé par les agents techniques de la Ville de Bergerac. Il faut sans doute attendre le passage des experts au service des compagnies d’assurance. L’interdiction au public, matérialisée par le panneau, est justifiée par l’état de la toiture en tôles métalliques de l’édifice municipal. La grande tribune de bois n’est peut-être pas irrémédiablement endommagée mais l’occasion est venue de moderniser un stade où le public est nombreux et les performances sportives présentes sur le terrain. Comme scalpée par le vent, la tribune conserve toute la majesté d’une vieille dame qui garde en mémoire le déchaînement des passions des supporters. On imagine bien volontiers cette foule prête à s’enflammer, faisant vibrer les travées de bois à chaque nouvel exploit des noirs et blancs qui animent avec succès les matchs de groupe B du championnat de France. Avant la réalisation de la grande tribune actuelle qui marque la topographie du stade, des tribunes provisoires seront installées. Elles ont été reconverties en petites tribunes depuis.

 Dès le dimanche matin suivant la tempête, les équipes techniques des services municipaux et les sapeurs-pompiers de Bergerac s’activent pour prendre les mesures nécessaires afin d’éviter les accidents et de se prémunir de dommages supplémentaires sur les nombreux bâtiments publics touchés par ce que la presse appelle déjà la « catastrophe ». Le lycée Maine de Biran est rapidement mis hors d’eau. Une partie de la toiture de l’école communale de l’Alba a été arrachée. La salle Anatole France a été endommagée. Les Églises de la Madeleine, Saint Jacques et Notre Dame ont été touchées tout comme le centre Jules Ferry. Ailleurs, de nombreux arbres ont été arrachés et les antennes de télévision ont plié sous les assauts du vent. Les services techniques seront au travail jusqu’en 1983.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page