Economie

Bergerac : le parking de la gare bientôt payant.

C’est à la toute fin du dernier conseil municipal que le Maire de Bergerac dévoilait les intentions de la SNCF, propriétaire du terrain du parking de la gare, rue Bargironnette : elle entend rendre payant les 150 places de stationnements.

Combien de fois n’avons-nous pas entendu parler de cette offre de stationnements gratuits sur Bergerac. Elle était si importante. Et de citer notamment les 150 à 170 places du parking de la gare, le long de la rue de la Bargironnette. Ce parking est très utilisé par les voyageurs, les employés et les commerçants du centre-ville. Les jours de marché, il offre aussi une possibilité de stationnement gratuit pour des commerçants non sédentaires. Bref, tout le monde avait sans doute fini par oublier que ledit parking n’était pas public mais bel et bien la propriété de la SNCF ; ce qui n’empêche pas les services des ordures ménagères et de propreté d’y intervenir.

Une première alerte avait à peine troubler la torpeur de l’été, durant le mois d’août ; les intentions de la SNCF étaient alors dévoilées. Le maire de Bergerac pérorait en annonçant qu’il allait proposer de racheter le terrain de la gare et régler le problème. Patatras. Alors que la municipalité lance une étude à 100.000 euros pour l’avenir du quartier de la gare, voilà que la SNCF rejette la proposition de la municipalité et annonce son intention : le parking deviendra payant, comme cela se fait dans la plupart des gares. Propriétaire, la SNCF n’entend pas vendre son terrain. Elle souhaite installer une barrière d’accès et confier la gestion de ce stationnement payant à une de ses filières.

Cette position de la SNCF a été jugée par Bergerac avec Confiance, via la voix de Fabien RUET, comme inacceptable. Le quartier de la gare et le Centre-ville de Bergerac ne peuvent pas se passer d’une zone de stationnement gratuit qui profite aux salariés, commerçants et voyageurs. Bref, un vrai parking relais. La SNCF oublie un peu vite les investissements importants qui ont été réalisés pour transformer le parvis de la gare en pôle intermodal de transports. Elle oublie sans doute l’effort considérable des collectivités locales pour financer la modernisation de la ligne, et du Conseil régional en particulier. Et d’exhorter le maire à se battre, d’engager le rapport de force puisqu’il relève de sa police d’autoriser ou non l’accès à ce parking.

C’est dans tous les cas un coup dur porté à la cohérence du programme cœur de ville que de devoir se passer de 150 places gratuites, en périphérie du centre-ville commerçant. C’est une atteinte fondamentale à ce qui reste un rare parking relais en lien avec les taxis, le cyclable, le train et le bus.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page