Sports

Volley à Bergerac : la passion avant tout.

Bergerac avec Confiance – l’Info poursuit ses rencontres avec le tissus associatif et sportif. Rencontre aujourd’hui avec le volley, dans son antre du gymnase de l’Alba. Covid oblige, l’équipe première ne peut plus jouer. Un vrai manque, un crève cœur.

Cela pourrait presque être un de ces films dont le cinéma français semble tellement friand. Une bande de copains qui, malgré les années, continue à pratiquer leur passion pour le volley-ball.  Envers et contre tous, ils se maintiennent au plus haut niveau régional, pour une troisième saison consécutive. Le pré-national, un terrain de jeu où l’équipe se construit une solide réputation quand bien même la moyenne d’âge avoisinant les 35 ans tranche parfois singulièrement avec de jeunes adversaires encore en quête de maturité.  Rien ne semble venir émousser leur niveau de jeu ni leur passion. Il faut, sans doute, venir les voir jouer pour comprendre cette alchimie si particulière : celle du bonheur simple de se retrouver ensemble sur un terrain de sport.

Ils sont tous amateurs et chacun doit concilier avec les impératifs liés à sa vie personnelle : obligations familiales et professionnelles. Alors, pour garder la forme et le niveau, il faut s’astreindre à un rythme régulier d’entrainement toutes les semaines. Il faut aussi s’organiser pour les déplacements extérieurs. « La plupart du temps, on se débrouille par nos propres moyens. Le collectif doit jouer le jeu. Il faut se mobiliser tous les week-ends et pour les entrainements ». Alors, on se motive collectivement. On communique par ses propres moyens sur les réseaux sociaux. Et ça marche. Le public répond présent pour une sortie en famille où on vient encourager un père, un copain, un collègue…

 « La passion, le besoin d’adrénaline, le partage avec le public, voilà les clefs de la motivation » nous avoue Séverin, l’un d’entre eux. Presqu’un élixir de jeunesse, quand pour beaucoup la quarantaine est engagée.

Qu’importe le nombre des années. Ce qui compte, c’est le mental et un sens du collectif à toute épreuve. Il faut les voir s’accrocher aux résultats, ne rien lâcher alors que le match s’éternise dans la nuit.

Le gymnase de l’Alba est le cadre des entrainements comme des compétitions. Personne ne se plaint même si le chauffage s’arrête dès 22 h, que le sol commence à connaître des signes évidents de faiblesse… Mais quand même, parlons de cette maudite poutre métallique au-dessus du terrain. Elle n’a toujours pas été coupée. Et pourtant tous les candidats aux dernières municipales, passés par le gymnase, s’y étaient engagés. Mais rien n’y fait. Au moins une fois par match, un ballon heurtera cette maudite poutre et neutralisera une action de jeu. Peut-être que cet article contribuera à hâter l’intervention technique tant attendue.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page