Economie

Paroles de restaurateurs face à la COVID : Une cuillère pour Maman, La Kour.

Nous poursuivons notre prise de nouvelles avec celles et ceux qui ont fait l’actualité, l’an dernier sur Bergerac avec confiance – L’info. Aujourd’hui, nous faisons le point avec des restaurateurs. Si ce n’est plus le confinement, pour eux les contraintes sanitaires sont très fortes. Nous retrouvons Jérôme et Sabine, d’une cuillère pour Maman qui font face aux nouvelles règles du couvre-feu. De son côté, Rafael Kafka, de La Kour, bouillonne d’initiatives.

La crise de la Covid19 n’épargne personne. Le secteur de la restauration reste dans le flou. Pas d’hypothèses sérieuses de réouverture, un système d’accompagnement financier bien présent, mais que faire de ses journées quand on est privé de travailler ? La vente à emporter reste une solution mais le deuxième confinement a globalement été un coup dur, tandis que la permanence du couvre-feu à 18 h n’améliore pas la situation.

Une cuillère pour Maman avec Sabine et Jérôme.

Malgré une situation préoccupante, Jérôme et Sabine ne baissent pas les bras. Après une augmentation de la clientèle apportée par la certification Bio à 75% minimum, le couvre-feu a été un nouveau coup dur. Une bonne partie de leur clientèle avait l’habitude de venir récupérer leurs commandes à partir de 18 heures. Il a fallu appréhender cette nouvelle difficulté en innovant. Désormais, les ventes à emporter sont conditionnées dans des bocaux en verre consignés, ce qui a séduit de nouveaux clients engagés dans une démarche écocitoyenne. Le soir, les livraisons sur Bergerac sont maintenant possibles. Il n’en demeure pas moins qu’à leurs yeux cette période incertaine et surtout le manque de lisibilité pour l’avenir sont particulièrement anxiogènes. Le 1er avril signe d’habitude l’ouverture des terrasses à Bergerac. Ils gardent espoir de réouvrir au printemps, à l’image de certains de nos voisins européens, et voir ainsi la place du Feu reprendre vie.

Pour tout renseignement ou réservation : 05.53.27.29.83 / 06.60.59.54.61

La Kour avec Raphaël

Raphaël Kafka, toujours en tête dans les projets ! Près de 4 mois se sont écoulés depuis notre portrait du restaurateur Raphaël Kafka et de La Kour, son établissement concept et des perspectives qu’il envisageait pour son quartier, la Madeleine.  Un projet de création d’Association des commerçants était d’ailleurs d’actualité, et c’est toujours le cas ! L’idée s’affine avec la volonté de créer une permanence ou un guichet pour aider les porteurs de projet à s’y installer tout en assurant une cohérence avec les besoins du quartier et de ses habitants. Côté festivités, des idée émergent et une fête de la sardine se profile pour l’été si la Covid nous le permet.  

Plus généralement, Raphael souhaite que cette association travaille en transversalité avec la Mairie et l’association de quartier déjà existante pour porter la parole des commerçants, leurs besoins et problématiques. Mais l’équipe n’est pas finalisée, la crise freinant les échanges et réduisant les potentiels de rencontres, il manque un trésorier… à bon entendeur !  Souvenez-vous qu’un marché de noël était en préparation à la Madeleine, il ne s’est bien entendu pas tenu et Raphaël a su faire preuve de résilience car de meilleurs jours viendront. Cela lui permet d’affiner le projet pour Noel 2021 qui n’en sera que plus étoffé et plus pertinent. D’ici là l’association sera constituée et prendra à part à 100% à cet évènement.  

Et coté La Kour ? Des travaux vont être débutés, tant sur l’agencement du lieu que sur les équipements. Ce sera une nouvelle Kour, mais toujours avec la même équipe dont il est très fier. La carte sera améliorée mais sans changer l’esprit, disons que chaque moment de la semaine sera dédié à un type de restauration avec une programmation bien spécifique. Soucieux de garder l’effet de surprise il ne nous en dira pas plus…  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page