Politique

L’école Romain Rolland transformée en centre de catéchisme.

C’est par un communiqué de presse que Fabien RUET dévoile les intentions de la municipalité, suite à la fermeture de l’école Romain Rolland.

Suite à la décision par le Maire de Bergerac de fermer l’école Romain Rolland, la question du devenir de ce site emblématique de l’enseignement républicain, laïc et obligatoire s’est posée. Lors de notre intervention publique en Conseil municipal, à l’occasion du débat consacré à la fermeture des écoles, nous avions questionné le maire sur ce qui n’était, alors, qu’une rumeur : la possible arrivée d’activités à caractère religieux dans les locaux de cette école publique. Le Maire avait soigneusement évité de répondre à cette question.

Aujourd’hui, suite à ses propres déclarations lors de l’assemblée générale de l’association patrimoine et environnement sur l’intégration définitive des locaux du presbytère Saint-Jacques dans le pôle des musées de la Petite Mission, suite à des visites répétées de représentants de la paroisse dans les locaux de l’école Romain Rolland : la vérité se fait jour.

La décision de fermer l’école Romain Rolland a donc été dictée, en catimini, par la seule volonté du Maire de Bergerac d’y transférer les classes de catéchisme des enfants de la paroisse et le logement d’un prêtre. Cette atteinte fondamentale à notre laïcité nous choque profondément. Nous rappelons que le presbytère Saint Jacques faisait l’objet d’une convention liant la Ville à la paroisse permettant déjà d’y héberger un logement et des salles de classe pour le catéchisme. La Ville, propriétaire, bénéficiait des lieux pour y organiser, l’été, ses expositions culturelles.

Aux noms des principes fondamentaux de notre République, à l’heure où notre laïcité est si fragile, notre émotion est d’autant plus considérable que l’école Romain Rolland était le symbole de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Dès 1907, elle fut destinée à la scolarisation des filles. Nous sommes d’autant plus consternés que cette école n’était pas menacée par les fermetures de classes. Pire encore, des travaux vont devoir y être engagés, aux frais de la municipalité, pour permettre ce transfert d’activités religieuses ; travaux qui nous ont été refusés pour la soi-disant mise en conformité de l’école. Que le Maire s’explique au plus vite sur une décision que personne ne lui a demandée.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page